DIEU RECUPERE SA MAIN

Mercredi 25 novembre 2020, l’iconique footballeur argentin Diego Armando Maradona est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 60 ans dans sa résidence en Argentine.

Les trois coups de sifflet retentissent dans le stade de Mexico en cet été 86. C’est fait ! Après 90 minutes, Maradona est champion du monde avec les siens et immerge l’argentine dans une joie indescriptible. Aujourd’hui il la plonge dans une peine immense. Dieu est mort, le sport perd l’un de ses plus beaux mythes. Un mythe qui fut à la fois glorieux et excessif.

Il en aura parcouru du chemin ce gamin en or, des bidonvilles miséreux de Buenos Aires jusqu’aux lumières éclatantes du Stade Napolitain San Paolo scandant son nom après une frappe somptueuse de 25 mètres. On préfère se rappeler de cela bien sûr… De ces gestes venus d’une autre planète ; d’une course, à 60 minutes de jeu, porteuse d’un des plus beaux buts de l’histoire partant du milieu de terrain en passant six joueurs en onze touches de balle ; ou encore d’un certain but marqué de la main, celle de Dieu. Une histoire qui laisse un goût amer aux anglais, et on peut les comprendre…

Un deuxième visage

Mais l’enfant terrible de l’Argentine portait également sa part d’ombre : des enfants non reconnus, dont un très médiatisé lors de sa période italienne, une proximité avec la mafia et une consommation de cocaïne bien tristement célèbre, qui lui causera deux arrêts cardiaques avant celui qui lui sera fatal… Les nombreuses cures de désintoxication du joueur ne l’auront, finalement, jamais réellement sorti de ce vice poudreux.

Le numéro 10 raccrocha les crampons en 1997, aujourd’hui c’est au tour de son âme. Le Football te dit merci Diego, on espère que Dieu sera content de retrouver sa main.

Paul Barrière.

Crédit photo : Diego Maradona porté en triomphe par ses coéquipiers après le titre mondial de l’Argentine, le 29 juin 1986 à Mexico. Carlo Fumagalli / AP

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Instagram