titre

Réforme des retraites : le « maux » de trop ?

19 janvier 2023, quatre degrés, un temps de chien et les Français dans les rues.

Un million deux cents mille selon les sources policières, deux millions selon les sources syndicales… Ils se sont mobilisés dans toutes les villes de France. Partout les rues noires de monde, à Vannes, sept mille cinq cent, en Bretagne près de cent mille !

Des chiffres record, témoignage d’un malaise social qui enfle depuis trois ans. Au regard des nombreuses revendications des Français, cette réforme ne serait-elle pas le « maux » de trop ?

Mais que s’est-il passé pour en arriver là ? Il est vrai que depuis trois ans, les grondes et crises sociales ont agité le pays sans vraiment discontinuer : manifestations des gilets jaunes, défiance quant à la réforme des retraites, rareté des énergies fossiles, crise sanitaire, montée de l’extrême droite en France et en Europe, contexte écologique inquiétant, attentats terroristes à répétition et enfin des relations politiques internationales pour le moins tendues. Alors oui, nous sommes les champions des grèves en Europe, mais n’est-ce pas à juste titre ?

Pour exemple, rappelons-nous, octobre 2021, à Nantes, à Fos-sur-Mer ou à  Donges, 80% des employés faisaient grève provoquant un raz de marée de revendications. Et les réponses du gouvernement n’avaient certes pas calmé les mécontentements ! On se souvient des réquisitions effectuées par Elisabeth Borne au sein d’Exxon considérées comme une atteinte au droit de grève constitutionnel par les employés… Sans compter l’article 49.3 invoqué par la première ministre pour la dixième fois consécutive, brandie comme une arme politique et ressentie par un grand nombre de concitoyens comme la preuve que l’on vit une crise démocratique.

En somme, il semblerait que les citoyens ne se sentent plus écoutés et les employés des raffineries ne sont donc bien sûr pas seuls à se battre puisque de nombreux corps de métiers luttent pour leur pouvoir d’achat ou même pour la « survie »  de leur profession. En premier lieu, l’exemple emblématique du milieu médical. Fragilisé par la crise sanitaire de 2020, il n’en finit plus de souffrir, certains diront même d’agoniser :  manque de personnel, fermeture des hôpitaux de proximité, nouvelle donne de rentabilité des soins, « pénurie » de médecins dans tout le pays, notre système de santé est en danger… Les agriculteurs également, coincés entre les procédures incessantes et la crise climatique sont également parfois au bord du gouffre. Et puis les boulangers, les PME, les retraités…

Cette réforme des retraites semblent celle de trop. Et on peut parier que toutes ces grognes, grèves, contestations ou autres revendications témoignent bien de l’instabilité sociale qui règne en France. L’épuisement collectif se fait entendre.

Alors nous voilà, ici-même, à l’heure d’un tournant majeur pour la société. Entre déclin et revendications, témoignant des incohérences gouvernementales et du besoin de confiance des citoyens. Besoin de confiance, envers ses dirigeants pour redevenir une France soudée. Besoin de confiance pour avancer. Enfin, besoin de confiance, tout comme la coupe du monde de 2022 a su témoigner d’une France unie le temps d’un court instant.

Crédit photo : ©Julien Sureau / actu Nantes

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Instagram