TÉMOIGNAGE D’UN ÉLU PENDANT LA CRISE DU COVID

Jean François Tréguer, maire de Lannilis, a débuté un nouveau mandat dans une situation totalement inédite. Cet agriculteur, producteur de lait sur une exploitation de 150 vaches laitières qu’il gère en famille, a toujours été investi pour la communauté et a d’ailleurs en plus de son statut d’élu local, longtemps présidé une association régionale d’agriculteurs bretons. Depuis l’année dernière, il a renoncé à ces fonctions afin de briguer le poste de président de la communauté de communes du Pays des Abers, qu’il a remporté.

Nous l’avons rencontré pour évoquer son quotidien de maire et son ressenti sur la gestion de la crise du Covid, au niveau local et national.

Une gestion de la crise difficile pour les hautes instances de l’état

Il revient à cet effet, sur la difficulté de gérer une telle situation. « Je pense que c’est très compliqué d’être décideur aujourd’hui, je me garderai bien de faire des critiques car je ne sais pas comment j’aurais réagi à leur place. Au début de la crise en février-mars, au niveau national, on a souffert d’une carence de dispositifs qui n’étaient pas préparés, je pense au masque notamment. En général, au niveau national, on doit prévoir une organisation, en cas de crise, de pandémie, et j’ai l’impression que ces dispositifs n’étaient pas en place. Ensuite, il y a eu la prise de décision qui ne devait pas être de tout repos entre le gouvernement et le conseil scientifique. On voyait régulièrement qu’il y avait des divisions au sein même du conseil avec souvent des médecins qui se déchiraient et se contredisaient, ce qui ne devait pas faciliter la prise de décision pour le gouvernement ».

Une crise qui n’a pas été de tout repos

C’est dans ce contexte qu’à peine réélu mi-mars, le maire de Lannilis a dû se confronter à un obstacle de taille : gérer la crise du Covid-19 au sein de la commune. « Tout d’abord, il y a eu la mise en place du confinement, seulement quelques jours après ces élections. Ensuite, nous avons dû mettre en place les différents dispositifs de distanciations sociales, d’achat de masques et de gel hydroalcoolique, mais aussi gérer la fermeture des différentes salles communales : informer les différentes associations, ainsi que toutes les personnes qui avaient loué les salles pour différentes occasions. Par ailleurs, la mairie a dû embaucher du personnel pour faire l’entretien de tous les équipements, pour le nettoyage et la désinfection ».

Des mises en place compliquées sans compter celles concernant l’école publique : « nous avons dû faire de nombreux changements. Avec les professeurs, nous avons travaillé l’organisation de l’école, avec la limitation du nombre d’entrées et de sorties d’enfants, nous avons mis en place des filtrages, fait respecter la distanciation sociale aux jeunes élèves, ce qui n’est pas toujours facile. C’est aussi le système de cantine qu’il a fallu repenser pour l’école publique de Kergroas, alors qu’un self avait mis en place pour les élèves récemment. Nous avons dû l’arrêter et remettre en place un système de service avec quatre services entre 20 et 30 minutes avec une limitation d’enfants. »

La principale mesure mise en place par la mairie a été l’ouverture au sein de la salle de Gorréekear un centre de test Covid. « Nous avons été sollicités par l’hôpital de Brest », pour, dans un premier temps, fournir des locaux pour le personnel infirmier, et ensuite pour des médecins pour effectuer des tests Covid sur notre territoire du lundi au vendredi toute la journée. »

En ce mois de décembre, la crise sanitaire ne semble pas s’améliorer, bien au contraire. Pour les élus, il va falloir concentrer les efforts sur la gestion de la pandémie, et hélas gérer les dommages économiques collatéraux.

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Instagram