TRISTE PAYS PASTEUR

La Covid, c’est 54 millions de cas dans le monde dont plus d’1 300 000 victimes. En France, c’est bientôt 2 millions de cas et 45 000 décès. Pourtant, selon un sondage Ipsos seulement 54% des français interrogés seraient prêts à se faire vacciner, un taux bien inférieur à celui d’autres pays, puisque’en Chine c’est 85% des sondés qui souhaiteraient se faire vacciner, au Royaume Uni, 79%, en Italie ou encore en Espagne 65%. Chiffre inquiétant mais qui dit en beaucoup sur le rapport des français avec le virus.

Début novembre, le laboratoire américain Pfizer et l’allemand BioNTech ont annoncé avoir trouvé un “vaccin efficace à 90%” contre la Covid 19. Mais, chez la moitié des Français, il n’est pas question de se faire vacciner pour des raisons sont surtout dues à la peur d’effets secondaires. Crainte finalement légitime lorsque l’on sait que, selon une étude américaine très sérieuse, ce risque existe, d’autant qu’il faut dix ans à un vaccin pour être validé, vérifié parfaitement et distribué.

Mais cette fois ci il y a « urgence » sanitaire mondiale et il faut donc trouver le meilleur vaccin le plus rapidement possible. D’ailleurs, une certaine « compétition au temps » s’est installée entre différents pays et laboratoires et aujourd’hui, nous avons la chance qu’un vaccin ait été trouvé rapidement.

Mais comment gérer le scepticisme français qui peut être analysé comme un stigmate de l’individualisme et de l’égocentrisme de nos sociétés. On oublie vite que le virus tue ! Ruine aussi la vie de centaines voire milliers de personnes, petits commerçants et artisans, auto-entrepreneurs ou encore TPE et PME. Le vaccin est une des solutions, en plus des gestes barrières, pour lutter efficacement à plus ou moins long terme contre le virus, et ainsi permettre à toute ces personnes dans la difficulté aujourd’hui, de retrouver une situation stable et dans un même temps,  à l’économie du pays de redémarrer.

Jean Castex, vient d’annoncer un plan de vaccination en trois étapes, d’abord celle des patients et des personnels d’ehpad d’ici janvier (environ 1 million de personnes), ensuite celle des personnes âgées et souffrant de maladies (environ 10 millions de personnes) et enfin le reste de la population. Une décision forte pour la France mais qui va dans le sens de ses voisins européens, comme l’Angleterre par exemple, qui à déjà annoncé ses premiers vaccins courant décembre.

Alors, évidemment cette décision sera contestée mais  la France est un pays difficile à gouverner où pour tel ou tel sujet il y aura mécontentement et rébellion. Le libre arbitre est positif mais une remise en question permanente ne permet pas au pays d’avancer. Au contraire du virus.

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Instagram