LA FRANCE EST-ELLE ENCORE LE PAYS DES LUMIÈRES ?

« Nous continuerons, oui, ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage, parce que nous vous le devons, parce que nous nous le devons, parce qu’en France, professeur, les Lumières ne s’éteignent jamais. ». Emmanuel Macron, le 21 octobre 2020 à la Sorbonne.

Cette phrase du président a effectivement le mérite de rappeler nos valeurs au monde entier. La liberté, le savoir, la raison, faire bloc contre les préjugés et l’intolérance. Mais si, en effet, « les Lumières ne s’éteignent jamais », leur intensité, leur éclat n’en sont que plus voilés, entre le spectre du fanatisme religieux et les dérives nationalistes, laissant peu à peu s’instaurer un couvre-feu dans ce débat obscurantiste.

Aujourd’hui il est crucial de scander au monde, plus que jamais, que la France est un pays de libertés ancrées au plus profond de nous, de notre pays mais aussi de nos institutions. En témoigne le premier article de notre Constitution : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Cependant, ce combat pour la République, ne s’installerait-il pas dans une sorte de clivage imposé ? Suite à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, au nom de la liberté d’expression, certains « génies », individus dépourvus de bon sens, certains pourvoyeurs défenseurs de la nation ont cru bon placarder partout dans les rues, dans des quartiers à forte population musulmane, sur les façades d’immeubles et de mairies – notamment celle de Béziers – , des caricatures du prophète musulman.

C’est bien connu, l’intolérance et la haine prospèrent dans l’ignorance, et le faux nationalisme.

S’il est vrai que la liberté de caricaturer va de pair avec la liberté d’expression, cela est presque devenu une obsession nationale. Ainsi, même au sein de notre pays, des voix s’élèvent à l’instar de celle de Jean-Louis Giordan – ancien curé de la basilique niçoise attaquée ce jeudi 29 octobre – qui déclarait que les caricatures comme celles de Charlie Hebdo « salissent les religions et finissent, au bout du compte, par exciter des fous ».

Aujourd’hui, le bon musulman pour certains, c’est celui que l’on ne voit pas, qui est, qui fait tout comme tout le monde et sait rester discret.

Les politiciens peuvent également ajouter à la confusion, plusieurs, profitant littéralement de cette tragédie pour faire passer ou propager leurs idées. Pour rappel, cette pépite de notre actuel ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, se disant « choqué » par les rayons de  « cuisines communautaires » dans les hypermarchés, qui, selon lui, contribuent au communautarisme. Adieu donc aux produits halal, casher, indiens, asiatiques mais également…bretons ! En effet, les produits du terroir possèdent aussi leur rayon. Mais je ne pense pas que cela lui ai traversé l’esprit durant cette intervention sur le plateau de BFM TV.

« Que d’hommes ne se pressent vers la lumière non pas pour voir mieux, mais pour mieux briller » déclarait Nietzsche, quel visionnaire.

Le rétablissement de l’ordre et de la raison ne sera possible que si nous sommes capables de régler ce conflit ensemble. Débattre, argumenter, respecter la parole et les libertés des uns et des autres, sont les principes fondamentaux et l’essence même de la démocratie. Au regard de ce climat clivant, anxiogène et très sombre, je ne souhaite qu’une chose, que les lumières soient rallumées et qu’une aube nouvelle se lève sur notre pays et sur la République.

Please follow and like us:

No Comments

Leave a Comment

RSS
Follow by Email
Instagram