UN MILLION CINQ CENT MILLE ASSOCIATIONS EN FRANCE. HUIT CENTS À VANNES : LE BÉNÉVOLAT EN ACTION !

Vingt-deux millions de bénévoles en France ! Le tissu associatif, devenu le partenaire incontournable des pouvoirs publics, est présent sur l’ensemble du territoire, tant au sein des grandes villes que dans les plus petits villages. Des milliers d’associations qui sont les vecteurs indispensables d’un lien social de proximité. À Vannes, elles sont huit cents à être officiellement répertoriées participant activement au dynamisme grandissant de la ville.

 

Un million cinq cent mille, c’est le nombre d’associations recensées en France, fin 2018, un chiffre colossal qui ne cesse d’augmenter. Un tissu associatif qui joue un rôle fondamental pour les communes, les départements, les régions, l’État. Véritables relais entre la politique et les Français, elles riment avec « solidarité », « militantisme », « aide », « collectif » et se déclinent sur plusieurs registres : assistance aux personnes en difficulté, actions humanitaires, environnementales, culturelles, sportives… Au sein d’une société réputée individualiste et consumériste, peut-être réinventent-elles le sens du collectif.

 

Symbole de dynamisme et d’évolution à Vannes

Les associations sont de véritables vecteurs d’évolution. Vannes, classée parmi les vingt premières villes les plus attractives de France en 2018, selon le magazine L’Express, est célébrée pour son fort tissu associatif. Comptant près de 800 associations, actives, Vannes peut compter sur son élue déléguée : Latifa Bakhtous, maire adjointe. « Si l’État et ses collectivités œuvrent déjà au sein du secteur social, l’investissement des associations, notamment dans les secteurs des activités sociales, culturelles ou sportives, est essentiel dans tous les quartiers de Vannes. »

La ville leur a consacré un budget de plus de deux millions d’euros en 2018. Non seulement, les subventions ne baissent pas, contrairement au niveau national, mais elles se maintiennent voire augmentent pour certains domaines. Un budget plus que justifié pour Latifa Bakhtous : « Qui pourrait aujourd’hui remplacer le travail fait par les bénévoles d’associations telles que les Restos du Cœur, les Banques Alimentaires ou le Secours Catholique ? Qui pourrait prétendre faire le travail colossal d’organismes tels que le CIDFF*, Soroptimist, Inner Wheel et bien d’autres qui accompagnement les familles et les femmes les plus fragilisées » ? Une collaboration mairie-associations vertueuse qui profite des deux côtés.

En effet, pour la mairie, le retour sur investissement est garanti à travers certains lieux et événements, tels le DéDaLe Café ou l’Ultra Marin Raid. « Toutes ces manifestations attirent un large public qui dépassent les frontières régionales et nationales. Elles occasionnent un séjour à Vannes et ses environs, des nuitées d’hôtels, des consommations… Elles peuvent aussi inciter les investisseurs et les entrepreneurs à venir réaliser des séminaires, voire à s’y installer. »

Pour une cohésion optimisée, la Maison des associations met à disposition un complexe d’une superficie de 1600m² ainsi qu’une cinquantaine de locaux associatifs sur l’ensemble du territoire. Bureaux, salles de réunion, amphithéâtres, salles informatiques, des moyens qui permettent de se structurer, de se développer. À cela s’ajoute la mise en place d’un cycle de formation, à destination des bénévoles, couvrant des thèmes tels que les nouvelles technologies, la comptabilité ou les assurances.

 

Un bémol « caritatif »

Un budget municipal n’étant pas inextensible, une parfaite égalité de traitement entre les différentes organisations paraît compliquée. Pour autant, la mairie de Vannes fait le pari de l’équité. « Toutes les associations ont un intérêt pour la collectivité et sont complémentaires à nos yeux. Par conséquent, nous ne privilégions pas un profil particulier d’association et mettons un point d’honneur à toutes les recevoir ». Latifa Bakhtous a bien conscience de l’importance sur le terrain de cette force vive. Néanmoins, certaines associations espèrent davantage de collaboration avec la mairie. Pour Anne Jeuris, membre de Bienvenue56, même si la ville de Vannes semble être investie dans la cause associative culturelle et sportive, son engagement ne serait pas le même dans le domaine caritatif. « On a demandé un rendez-vous, il y a de cela un an, à la mairie ! » « Nous », ou plutôt la « Coordination » rassemble plusieurs organisations apportant leur soutien aux migrants présents au sein de la région vannetaise. Si la Coordination s’insurge « contre les conditions inacceptables » dans lesquelles sont accueillis les demandeurs d’asile et réclame davantage d’actions de la part de la mairie, l’organisme déclare vouloir trouver le « juste milieu » sur la problématique des migrants. Sujet sensible d’un point de vue municipal mais également national.

 

Forum des associations

Pour autant, afin de fédérer ce tissu indispensable à la vie vannetaise, est organisé, tous les ans au mois de septembre, le Forum des Associations. L’occasion, pour elles, de se rencontrer, d’échanger, et d’accueillir plus d’un millier de visiteurs. « Nous pouvons observer lors de ce rendez-vous que les citoyens sont sensibles à nos actions. 6 000 guides sont distribués, il faut compter trois mois de contact continu et une réunion de préparation matérielle qui rassemble 200 personnes ». Pour la mairie, il est important de favoriser et d’inciter les associations à s’inscrire dans des causes communes. Ces dernières peuvent permettre la collecte de fonds, qui bénéficiera, une fois de plus, au plus grand nombre.

*Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles

 

Please follow and like us:
0

No Comments

Leave a Comment

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter