« PAPY, C’EST QUOI LA NEIGE ? » : LA JEUNESSE VANNETAISE RÉAGIT

Répondant à l’appel de la jeune suédoise Greta Thunberg pour sauver la planète, entre 1000 et 1500 lycéens – selon les organisatrices – ont manifesté dans les rues du centre-ville de Vannes ce vendredi 15 mars.


VERT l’avenir et l’EAU delà

À coup d’affiches incendiaires et de slogans récurrents, ce rassemblement contre le réchauffement climatique s’inscrit dans une démarche de grève internationale qui est reprise dans plus de 125 pays, sur tous les continents, incluant l’Antarctique.

A Vannes, le rassemblement a été organisé par sept lycéennes du lycée Lesage qui ont réagi en observant elles-mêmes les effets du réchauffement climatique, avec la nette hausse des températures cet hiver.  Agées de 16 et 17 ans, elles ont décidé de s’engager afin de faire changer les choses et ont créé un compte instagram @greenvannes. Leur objectif : communiquer, relayer leurs actions et leur message, sans oublier la touche d’humour qui les caractérise, avec leur slogan « VERT l’avenir et l’EAU delà ! ».

 

 

Génération Climat
« 1, 2, 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité »
scandent les jeunes. La tête du cortège prend la direction de la Place des Lices afin de se faire entendre par tous. Dans les collèges et lycées, de plus en plus de jeunes se sentent concernées et nombreux sont ceux qui ont manifesté pour la première fois hier. « Cette cause me tient particulièrement à cœur, on ne peut pas rester inactifs face à cette tragédie. C’est de notre avenir qu’on parle là ! » affirme Vanessa, 17 ans. Ils ont répondu présents vendredi et de la Place des Lices, le rassemblement s’est dirigé ensuite vers l’hôtel de ville qui leur a offert une belle visibilité permettant de mesurer l’importance de la mobilisation.

Il faut dire qu’une vraie prise de conscience écologique a lieu et le mouvement « Youth For Climate » commence progressivement à gagner du terrain. « C’est maintenant ou jamais » mettent en garde les manifestants. En effet, des chiffres alarmants commencent enfin à être affichés à la vue de tous. Si les émissions de dioxyde de carbone se poursuivent au rythme actuel, une espèce sur six pourrait disparaître dans les prochaines années. Le danger d’extinction s’intensifie donc à chaque degré supplémentaire.
Le mouvement Youth For Climate réclame, par conséquent, des actions fortes et concrètes de la part des gouvernements et des institutions internationales, ainsi qu’une prise de conscience globale de l’urgence de la situation par toute la population.

 

Pour ces jeunes, cette grève est un évènement fort car ils représentent la première génération directement touchée par le réchauffement climatique. Ce combat rassemblant toutes les classes, n’est pas un engagement politique mais un acte collectif citoyen.

Vannes au cœur de l’engagement

Aux portes des magasins, les commerçants de Vannes ont observé la foule avec curiosité, certains ont même repris les slogans « Il n’y a pas de PLANète B », « Quand c’est fondu, c’est foutu » ou encore « Pourquoi faire des efforts si notre seul avenir est celui d’un monde qui n’en a pas ? ». Le message est fort : élevons nos voix, pas le niveau de la mer.

Au niveau national, il y aurait eu 150 000 jeunes en grève hier, dans plus de 200 villes, dont plus 30 000 à Paris et 13 000 à Lyon. Une estimation de 1 400 000 étudiants à travers le monde a été faite par Greta Thunberg et les organisateurs du mouvement.

Du côté du gouvernement, les réactions ne sont pas encore très audibles. Soutenant officiellement le mouvement – des ministres envoyés sur les plateaux TV ont salué la prise de conscience – il n’a pourtant annoncé aucune mesure supplémentaire pour l’instant.

En clair, les jeunes ont repris espoir. Maintenant, place à l’action ! Adultes, la jeunesse demande des comptes.

Soline Le Page & Pauline Duault

Please follow and like us:
0

No Comments

Leave a Comment

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter